Chien en appartement

123RF / georgerudy

Y a-t-il des chiens plus spécifiquement adaptés à la vie en appartement, en étage, et d'autres nécessitant une maison avec un grand terrain ? Certes, un dogue allemand dans un studio risque de se retrouver à l'étroit, être très vite encombrant.

En fait, le lieu de vie est moins important que la qualité de vie, le respect de ses besoins, quelle que soit sa race ou sa taille. Le point.

Lieu de vie et territoire du chien

Quelle que soit sa taille ou sa composition, le chien va vite connaître par cœur son habitation : recoins, bruits, odeurs, signification (endroit calme, relationnel, lieu du repas, etc.). C'est important pour lui qu'il soit bien connu, fiable, sans « mystères ».

C'est cette sécurité qu'il défend lorsque quelque chose ou quelqu'un y pénètre, ou s'en approche. Improprement appelée « défense du territoire », c'est ici une inquiétude qu'il manifeste face à la modification des caractéristiques de son lieu de vie.

Il est donc intéressant que le chien ait un lieu de vie où il se sente en confiance, ne serait-ce que pour pouvoir dormir correctement.

Chien : besoins fondamentaux, psychiques et physiques

Vivre dans un lieu rassurant ne suffit pas, car il a des besoins fondamentaux liés à son métabolisme. Le chien en a deux principaux : des besoins physiques (activité) et psychiques (mentaux), les deux étant étroitement liés en terme de stimulations.

Besoins sociaux

Le chien est un animal social dont les comportements types nécessitent des apprentissages, un développement, un entretien, une adaptation permanente. Avec les autres chiens comme avec l'homme.

S'ils se manifestent de manière physique (posture, mimique, vocalise, etc.), ils sont avant tout le produit d'un travail mental qui les stimule. Il est toujours intéressant de diversifier, stimuler, faire réfléchir le chien, dans une relation sociale la plus variée possible avec nous, comme avec d'autres chiens.

Besoins exploratoires

Le chien est un curieux impénitent. C'est ce qui stimule et fiabilise ses sens (ouïe, vue, odorat), sa « réflexion » (cognition, adaptation) et sa mémoire (expériences).

Plus il rencontrera d'environnements divers et variés, plus il sera à même de les appréhender, être bien dans sa tête et équilibré.

Besoins « nerveux »

Le chien est sujet à des tensions psychiques (inquiétude, solitude, excitation, etc.) et peut avoir besoin de les exprimer.

S'il n'en a pas la possibilité, il risque de développer des comportements gênants comme celui du chien destructeur.

Entretien musculaire et locomoteur

Le chien est un prédateur et donc un athlète (traque, chasse). Un manque d'activité physique risque d'entraîner des problèmes musculaires, respiratoires, cardio-vasculaires ou rhumatismaux (squelette).

Il est donc très important qu'il puisse avoir une activité physique, au minimum une « longue » marche en laisse chaque jour.

Besoins ludiques et hygiéniques

S'ils participent aux comportements sociaux (apprentissages et communication), les besoins ludiques d'un chien sont tout autant une possibilité d'expulsion des tensions que d'entretien physique.

Jouer avec son chien est le meilleur moyen de renforcer ses relations, de mieux se comprendre, de le garder en forme.

Besoins hygiéniques

On n'oubliera pas que le chien a aussi besoin de se soulager. Son système urinaire étant conçu pour stocker l'urine en vue du marquage, il sera toujours préférable qu'il puisse le faire en promenade plutôt que dans le jardin.

Il l'utilisera à bon escient, pour communiquer avec son environnement plutôt que simplement uriner.

Lieu de vie du chien : maison ou appartement ?

Rien ne vous empêche de jouer avec votre chien à l'intérieur, de stimuler ses comportements sociaux, de lui poser des « problèmes » à résoudre. Mais sans omettre une activité physique et psychique extérieure régulière et quotidienne.

Bon à savoir : il arrive que des chiens un peu bougons, hyper attachés, malpropres, caractériels, aboyeurs, etc., soient confiés quelques temps à des personnes habitant en appartement, pour les habituer à vivre en intérieur et à être sortis tous les jours hors du logement (stimulation psychique).

Jardin : pour le confort de son chien

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, un jardin n'est pas un lieu de stimulation suffisant. En terme social ou exploratoire, il reste très restreint et insuffisant.

Comme à l'intérieur, on peut y jouer avec lui, stimuler ses comportements sociaux avec nous, lui faire résoudre des problèmes, mais rien ne vaudra une balade dans des endroits divers et variés.

Vous pouvez cependant le faire intéragir avec d'autres chiens dans votre jardin. Là, l'activité physique et psychique sera beaucoup plus riche et épanouissante.

Lieu de vie du chien : sur son balcon

Le balcon ne peut pas être considéré comme un lieu intéressant pour le chien. À part lui faire « prendre l'air », c'est restreint, sans stimulation, et même plus inquiétant que stimulant (exiguïté).

Même au niveau hygiénique, cela ne devrait être qu'occasionnel, en cas d'urgence.

Chien en appartement : activités indispensables

Pour beaucoup de chiens en appartement, la vie se résume à attendre ses propriétaires, et la majorité du temps à dormir.

Même en maison avec terrain, en rentrant du travail et en vaquant à ses occupations, en terme de stimulations, d'interactions ou d'activités, il reste peu de temps à partager avec son chien lui.

Si vous ne possédez pas de jardin, il est alors indispensable de sortir votre chien au moins une demie-heure à une heure par jour.

Tous les chiens, qu'ils soient petits ou grands, à poils longs ou courts, de chasse, de manchon ou de berger, ont les mêmes besoins fondamentaux. Certes un yorkshire aura du mal à vous suivre dix kilomètres en courant. Ce n'est pas la distance parcourue, qui sera importante, mais plutôt le temps et la fréquence d'activité, ainsi que la richesse/diversité des environnements. Sans compter toutes les interactions quotidiennes avec nous.

Il est dit que le chien aurait besoin de cinq heures d'activité par jour. Sachez qu'un chien de berger (comme un berger des Pyrénées de 14 kg) est capable de travailler plus de douze heures par jour en estive, sans presque se reposer, mais peut dormir quinze heures par jour une fois revenu « à la maison ».

Cinq heures d'activités est une bonne base, mais pas seulement en terme de besoins physiques. Il faut favoriser une activité quotidienne plutôt qu'occasionnelle et intense, qui risquerait de fatiguer le cœur, les ligaments, la musculature et le squelette.

Pour en savoir davantage :

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit


Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides