Calmer un chien énervé

Calmer un chien énervé
© ©GettyImages

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf :

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Votre chien manifeste son excitation au travers de comportements variables : il saute, vocalise, mordille, tire, gruge, urine, défèque, etc. En règle générale, un chien énervé est un chien qui n'a pas suffisamment dépensé son énergie. L'hyperactivité peut aussi être causée par :

  • une pathologie telle qu'un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde ou une anxiété de séparation, par exemple ;
  • une mauvaise association émotionnelle avec un stimulus déclencheur ;
  • une prédisposition génétique, certains chiens étant plus excitables ou irritables que d'autres.

Vous souhaitez que votre chien demeure calme et contrôle ses émotions en tout temps ? Pour cela, adaptez votre mode de vie et vos façons de faire.

Voici comment calmer un chien énervé.

1 Calmez un chien énervé sur le moment

Il arrive que votre chien s'énerve et produise des comportements dérangeants. Si tel est le cas, réagissez.

Option 1 : ignorez le comportement

Si vous choisissez d'ignorer le comportement qui vous dérange, la frustration du chien risque d'être exacerbée et ses réactions vont temporairement s'intensifier.

Pour éviter d'avoir à subir ses excès, exercez un « time-out » en attendant qu'il retrouve un semblant de contrôle :

  • Détournez-vous de lui sans lui porter la moindre attention. Il est fort probable que ses aboiements vont alors s'intensifier, qu'il va tenter de vous griffer et d'arracher vos vêtements.
  • Isolez-vous alors physiquement de lui : en vous enfermant dans la chambre ou la salle de bain, par exemple. S'il se calme, sortez de la pièce et envoyez-le immédiatement se défouler à l'extérieur. L'isolement n'a jamais dépensé aucun surplus d'énergie.

Option 2 : interrompez le comportement

Pour interrompre le comportement de votre chien, produisez un stimulus distractif. C'est le cas lorsque vous faites des réprimandes du genre « Stop ! » ou « Arrête ! », ou que vous repoussez le chien lorsqu'il saute, par exemple. Le résultat, bien que temporaire, aura tendance à vous satisfaire.

N'oubliez pas, en revanche, que les comportements générés par l'excitation sont souvent d'ordre pro-social. Pour le chien, toute attention (bonne ou mauvaise) est bonne à prendre. Vous venez donc, inconsciemment, de renforcer le comportement indésiré. En outre, l'interruption n'enseigne pas au chien quel comportement produire à la place. Il s'agit d'une mesure d'urgence.

Pour éviter que cela ne se reproduise, préférez la modification comportementale.

2 Éliminez les causes médicales pouvant expliquer un comportement hyperactif

Les comportements hyperactifs peuvent être le symptôme de plusieurs pathologies telles que des troubles de l'humeur et un dérèglement hormonal dû à un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde, par exemple. Votre médecin vétérinaire vous aidera à les éliminer avant d'entreprendre une thérapie de modification comportementale avec votre animal.

Dans certains cas, une thérapie médicamenteuse sera nécessaire afin d'aider votre chien dans ses apprentissages futurs. Dès lors, les exercices de modification des comportements devront être menés conjointement.

3 Permettez à votre chien de dépenser son énergie pour calmer son énervement

Le niveau d'activité requis par chaque chien lui est propre. Néanmoins, plusieurs critères peuvent l'influencer :

  • L'âge est un facteur important. On remarque souvent que les chiens ont tendance à être moins énergiques en vieillissant. Attendre que le chien se calme avec le temps n'est toutefois pas une bonne idée.
  • La race et la lignée peuvent être de bons indicateurs. On note une différence appréciable entre les individus appartenant à une lignée de travail par rapport à ceux d'une lignée de conformation.
  • La race peut également vous aider à déterminer les activités favorites de votre fidèle compagnon. Un chien de traîneau sera plutôt tenté d'explorer de grands espaces tandis qu'un terrier s'amusera à creuser des trous dans votre plate-bande. Un golden ou un labrador préféreront peut-être rapporter des objets ou aller à l'eau.

Proposez plusieurs types d'activités à votre chien.

Les activités locomotrices

La plus populaire est la marche (libre ou en laisse), qui peut aussi se décliner en jogging ou différents sports attelés. Certains laisseront leur chien se défouler dans le jardin ou au parc à chiens. D'autres activités plus encadrées sont également disponibles :

  • L'agility consiste à effectuer un parcours d'obstacles dans un ordre défini, le plus rapidement possible.
  • Le flyball est une course d'obstacles à relais en ligne droite, durant laquelle chaque chien doit aller chercher une balle et la ramener le plus rapidement possible.
  • Le disque est une discipline où le chien doit attraper en plein vol un disque lancé par son maître. Plusieurs variantes existent (style libre, distance, etc.).
  • Le parkour est une discipline encore peu connue où le chien et son maître réalisent ensemble un parcours d'obstacles extrême dans un environnement plutôt urbain.
  • Le plongeon demande au chien d'effectuer des sauts en longueur dans une piscine, à la poursuite d'un objet lancé par son maître.

Toutes ces activités permettent à vous et votre chien de dépenser sainement une grande quantité d'énergie tout en formant une relation dans le travail. Les activités locomotrices sont innombrables mais demandent un investissement important de votre temps pour une dépense énergétique suffisante. Vous pouvez ne pas disposer d'assez de temps, tournez-vous alors vers d'autres types d'activités.

Les activités intellectuelles

Faites travailler le cerveau de votre fidèle compagnon :

  • par des demandes et apprentissages d'obéissance de base ;
  • par de la danse canine style libre ou freestyle ;
  • par la recherche et la détection d'odeurs ;
  • par les bols dits « interactifs ».

Deux ou trois courtes sessions quotidiennes dépenseront autant d'énergie qu'une heure de marche en laisse. Conjointement avec d'autres activités, elles peuvent également enseigner à votre chien un certain sens de l'auto-contrôle.

Les activités sociales

Souvenez-vous que votre chien est un être social. Par conséquent, il appréciera les activités qui lui permettent une interaction. Certains, cependant, ont développé un attrait plus important envers l'humain qu'envers leurs congénères. Si c'est le cas de votre chien, ne le forcez pas à rencontrer d'autres chiens ou à jouer en leur compagnie.

Les activités masticatoires

Beaucoup de chien aiment utiliser leurs mâchoires pour gruger et détruire divers objets. Cette activité leur permet de dépenser leur énergie, mais tend également à les apaiser. Si vous préférez que votre chien délaisse vos meubles, bas de portes, pantoufles et autres articles de luxe, offrez-lui plutôt des os, des jouets Kong©, etc.

4 Modifiez la réaction d'un chien énervé suite à un élément déclencheur

Si votre chien est sensible à un stimulus déclencheur (ou plusieurs), sa réponse comportementale peut vous paraître démesurée ou à tout le moins indésirable. Déterminez quel est ce stimulus, dans quelles circonstances votre chien y réagit ou n'y réagit pas. Tentez également de définir quelle fonction ce comportement jugé indésirable remplit-il chez votre chien. Et surtout, demandez-vous quel comportement votre chien devrait plutôt produire suite au stimulus déclencheur. Avec toutes ces informations, commencez le travail :

  • de désensibilisation et contre-conditionnement du stimulus déclencheur ;
  • d'apprentissage du comportement alternatif désiré ;
  • de combinaison du stimulus déclencheur et du nouveau comportement.

Un exemple concret : votre chien saute sur la personne qui vous rend visite. Admettons que le stimulus déclencheur soit l'ouverture de la porte. Apprenez à votre chien à s'asseoir sur demande :

  • Ouvrez la porte et demandez aussitôt à votre chien de s'asseoir. Répétez plusieurs séquences.
  • Ouvrez la porte ; votre chien s'assied automatiquement. L'ouverture de la porte signifie maintenant « Assis ! ».
  • Pendant que vous travaillez à la perfection du comportement, demandez à votre visiteur de ne pas prêter attention aux sauts de votre chien en se détournant.
  • Avant que votre chien ne se mette à sauter, lancez de la nourriture sur le sol pour l'encourager à garder ses quatre pattes au sol.

5 Apprenez l'auto-contrôle à votre chien

Donnez à votre chien toutes les chances de garder le contrôle de ses émotions. Des apprentissages permettent à certains chiens de développer cette faculté. Cela consiste à tolérer la frustration de ne pas obtenir immédiatement la gratification attendue. Par exemple :

  • Retardez la récompense lorsque votre chien se conforme à l'une de vos demandes.
  • Enseignez-lui le « Reste ! »  et le « Stop ! ».
  • Initiez les périodes de jeu ou d'interaction et interrompez-les dès que l'excitation augmente.
  • etc.

Cette fiche est maintenant terminée,
mais entre nous ce n'est pas fini...
Vous pouvez aussi :



Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !